Protestations des frais d’Afrique du Sud: le président Zuma rencontre des étudiants

0

Protestations des frais d'Afrique du Sud  le président Zuma rencontre des étudiants

 

Des milliers d’étudiants sud-africains ont défilé dans la capitale Pretoria, où le président Jacob Zuma rencontre les leaders étudiants sur les frais de scolarité.

Responsables de l’université sont également à des pourparlers aux Union Buildings, ce qui est le siège du gouvernement, au milieu des protestations plus de hausses de tarifs proposées.

La police a tiré des grenades assourdissantes et de l’eau utilisée canon pour arrêter les étudiants en dehors de rupture dans le bâtiment.

Les manifestations ont fermé certaines des meilleures universités du pays.

Les étudiants de partout au pays entassés dans des autobus et des trains pour se rendre à Pretoria pour rejoindre le mars.

Africa Live: BBC nouvelles mises à jour

Président Zuma devrait se pencher sur ceux de l’extérieur après qu’il a fini de rencontrer des représentants officiels des étudiants et universitaires à l’intérieur des bâtiments de l’Union, selon le ministre de la Sécurité d’Etat David Mahlobo.

Dans un communiqué publié vendredi, M. Zuma a reconnu les “difficultés financières rencontrées par les étudiants issus de familles pauvres”, tout en réaffirmant que “les frais universitaires sont déterminés par les universités indépendamment du gouvernement”.

Universités disent qu’ils ont besoin d’augmenter les frais de maintenir des normes, et ont été touchés par une chute par des subventions gouvernementales.

Le jeudi, 29 personnes ont été accusées de violence publique au milieu des plus grandes manifestations étudiantes à frapper le pays depuis fin de l’apartheid en 1994. Ils ont été remis en liberté, et le cas reporté à Février.

Les manifestations ont débuté la semaine dernière à la prestigieuse Université de Witwatersrand de Johannesburg, et se sont depuis répandues à au moins 10 universités, forçant la fermeture d’un grand nombre d’entre eux.

Les étudiants principalement noirs disent qu’ils ne peuvent pas se permettre les augmentations de frais et ont rejeté une offre du gouvernement de plafonner les augmentations de 6%, en baisse de 10% à 12% proposé par la gestion des universités.

Correspondants disent les protestations montrent désillusion croissante avec le régissant Congrès national africain (ANC), qui a pris le pouvoir après la domination de la minorité a pris fin en 1994, plus de niveaux élevés de pauvreté, le chômage et la corruption au sein du gouvernement.

Beaucoup d’étudiants noirs disent qu’ils viennent de familles pauvres, et les augmentations de frais seront les privent de la possibilité de continuer à étudier.

Financièrement étudiants blancs aisés ont rejoint la manifestation, principalement pour montrer leur solidarité avec les étudiants noirs.

Share.

About Author

Comments are closed.